axeneo7_perf_banniere-web-02

De l’autre côté du miroir / Through the looking glass

Fait Maison

Commissariat

La série de performances De l'autre côté du miroir / Through the looking glass de Fait Maison est présentée hors-les-murs, autour du quartier de La Filature. La soirée commencera au cimetière de Saint-James et terminera à La Filature (80, rue Hanson), après une marche d'environ deux heures.

Durant la crise pandémique, nos relations avec les arts vivants et les écrans ont radicalement changé. Comment une performance en présentiel peut-elle avoir lieu dans un espace où le public n’est pas présent physiquement ? Cette série de performances propose diverses formes d’engagements avec un événement en direct. Fait Maison rassemble une sélection de performeur.euse.s qui utilisent l’espace numérique, les écrans et les vitrines de manière à nous permettre de repenser notre relation au live et à sa diffusion. Ces performances explorent de nouvelles avenues pour réfléchir l’espace et la présentation publique, l’intimité, la solitude ainsi que la relation entre l’événement, les performeur.euse.s et l’audience.

Fait Maison

Initié par Thomas Grondin dans sa maison de Gatineau en août 2005, Fait Maison était une fête, un laboratoire, un lieu de performance. D'abord, quelques fois par année, un public était invité à une soirée festive durant laquelle la maison devenait le lieu de performances qui investissaient la maison de la cour à la cuisine, de la cave aux chambres en passant par la salle de bain. Au fil du temps, Fait Maison a accueilli des artistes émergents et établis, régionaux, nationaux et internationaux ; tout en multipliant les collaborations et les lieux d'accueils alternatifs que ce soit des maisons privées, ou des lieux professionnels, incluant une exposition à la galerie 101 en 2009, ou plus récemment une soirée à l'Imagier à Aylmer en 2017.



Thomas Grondin

Depuis 1998, Thomas Grondin a été commissaire pour plusieurs projets réalisés avec le centre d’artistes AXENÉO7 (Gatineau) dont Kapow : une convention de superhéros (2010), L’échelle de la langue (2002), Expérience trouble (2001), Le millénaire est mort, il faut le manger (2000), et Adopter un artiste (1998).

Il a participé à titre d’artiste à de nombreuses expositions individuelles et collectives, programmations vidéos, évènements et performances notamment au Québec à la galerie de l’UQO (Gatineau), à la galerie Art-Image de la Maison de la culture de Gatineau, au centre Dare-Dare (Montréal), chez Action-Art-Actuel (Saint-Jean-sur-Richelieu), au 3e impérial, centre d’essai en art actuel (Granby), chez AXENÉO7 (Gatineau), au Centre des arts actuels Skol (Montréal), au Musée contemporain des Laurentides (Saint-Jérôme), au Centre de production DAÏMÔN (Gatineau), ainsi qu’à Ottawa en Ontario, à la Galerie 101, à la Galerie Saw et à l’Université d’Ottawa.

Impliqué dans la communauté des arts visuels, Thomas Grondin a fondé et dirigé « Fait Maison », projet dédié à la performance, en plus de siéger au conseil d’administration et comité de programmation de plusieurs organismes culturels dont AXENÉO7, 3e impérial, centre d’essai en art actuel, le Regroupement des centres d’artistes autogérés du Québec (RCAAQ), La Filature et la Galerie 101.

Il enseigne l’histoire de l’art au Cégep de l’Outaouais et à l’Université du Québec en Outaouais (UQO). Il détient un baccalauréat en arts visuels de l’UQO et une maîtrise en histoire de l’art de l’Université du Québec à Montréal (UQÀM). Thomas Grondin vit et travaille entre Gatineau et Montréal.

Site Internet

Anna Khimasia

Anna Khimasia est une commissaire indépendante actuellement basée à New York. Elle a obtenu son doctorat à l'Institute for Comparative Studies in Literature, Art and Culture de Carleton University, où elle a été enseignante contractuelle au département d'histoire de l'art jusqu'en 2018.

Travaillant souvent en collaboration, les projets d'Anna se concentrent sur les corps et les voix sous-représentés, interrogeant les politiques de l'espace, de la race et du genre. Parmi ses récents projets de commissariat, citons : Live in Palestine, qu'elle a co-construit avec Rehab Nazzal et Stefan St-Laurent et qui a été présentée à AXENÉO7, A Space Gallery et Montréal, arts interculturels (MAI) ; Sex Life, en tant que commissaire adjointe avec Jason St-Laurent, ainsi que la co-création et l'édition la revue HB qui l'accompagne ; et Open Space Labs (OSL), une initiative de résidence basée sur la recherche et la performance avec la galerie d'art de CarletonUniversity. OSL01 : Gita Hashemi a reçu le prix de l'exposition de l'année de l'Ontario Association of Art Galleries — monographie de moins de 20K. Pendant la pandémie, elle a animé des panels pour l'Association of Art Museum Curators (AAMC), Fait Maison et Pleasure Dome à Toronto.

Depuis l'obtention de son doctorat, elle a participé à des résidences au MAI, au Banff Centre for Arts and Creativity, au MCA Chicago et à la Robert Rauschenberg Residency, où elle a travaillé sur un nouveau projet de performance avec l'artiste de Chicago Barak adé Soleil. L'été dernier, elle a eu le privilège de participer à l'atelier de théorie critique dirigé par Gabriel Rockhill.

Anna a publié dans Canadian Art, BlackFlash, C Magazine, ETC Media, Image[&]Narrative et a écrit de nombreux essais et textes d'exposition. Elle travaille actuellement sur un projet d'écriture d'un livre sur l'intrusion dans la performance et la politique d'appartenance.

Francisco González-Rosas

Actuellement basé à Tiohtià:ke / Montréal, Francisco González-Rosas est un artiste de la performance et des nouveaux médias né au Chili. Il est titulaire d'un baccalauréat en art dramatique de l'Université Finis Terrae, à Santiago, au Chili, et d'une maîtrise en Fine Arts in Intermedia, de Concordia University à Montréal. Son travail a été exposé au Chili, en Chine, en Italie, au Royaume-Uni, en Pologne, en République tchèque et aux États-Unis. La pratique de Francisco intègre des stratégies performatives dans la production de son et d'image, de performance, de vidéo et d'installation. Les questions de représentation, de genre, de race, de sexualité, de culture numérique, d'image et de technologie sont au cœur de son travail.

La première exposition solo de González-Rosas, Techniques of the Narcissist, a été présentée sous forme d'installation vidéo à plusieurs canaux à la Galerie Elektra à Montréal, en 2019. L'œuvre performative vidéo Dating for Export a récemment été acquise par le Musée d'art contemporain de Montréal pour sa collection permanente. Elle a également été présentée en Pologne (Inout Festival, Gdansk, 2019), en Italie (exposition collective Una Selfie Va Sepellira?, Rome, 2017) et au spectacle in præsentia/in absentia programme spécial du Festival international du film sur l’art (FIFA) et de la biennale MOMENTA, à Dazibao, Montréal, 2019. En 2017, il a fait partie de l'exposition collective Ignition 13, à la Galerie Leonard & Bina Ellen à Montréal, avec l'installation vidéo Audiovisual Jungle : Corps latinos & fruits de l'exportation. En 2014 et 2015, Francisco a travaillé entre le Canada et le Chili en créant la performance audiovisuelle Adolescent Sex, présentée à Videofag à Toronto, à la galerie Rats9 à Montréal, au Centro Cultural de España à Santiago et au Museo de Arte Contemporáneo de Valdivia, Chili. Ses premiers travaux en tant que directeur de théâtre et de performance, Proyecto Él et Proyecto Ella, ont été présentés dans différents centres et événements à Santiago et le court-métrage Los Tres Idiotas a été exposé à Pékin, en Chine, dans le cadre de la Love Queer Cinema Week, en octobre 2015.

Site Internet

David Khang

David Khang est un artiste visuel et de performance dont la pratique s'inspire d'une formation en psychologie, théologie, dentisterie et droit. Khang intègre sélectivement ces codes disciplinaires dans son travail, afin de composer des langages interdisciplinaires qui sont communiqués sous forme visuelle, textuelle et orale. À travers la performance, Khang incarne ces langages pour interroger les intersections socialement construites — de genre, de race et de relations inter-espèces. En utilisant stratégiquement des langues non indigènes et en changeant de code, Khang produit des lectures divergentes et dissonantes qui réimaginent le poétique et le politique.

Khang a obtenu son BSc et son DDS à l'Université de Toronto, son BFA à l'Emily Carr Institute of Art + Design, et son MFA à l'UC Irvine, où il a reçu la bourse du chancelier de l'Université de Californie. Khang a également suivi le programme de théorie critique de l'UC Irvine, pour lequel il a travaillé avec Jacques Derrida, Fred Moten et Gayatri Spivak. En 2004, la thèse de Khang a été choisie pour représenter l'UC Irvine au Distinguished Master's Thesis Writing Competition (USA). En 2007, Khang a reçu le prix du Franklin Furnace Fund for Performance Art (Brooklyn, NY), et en 2010, elle a été artiste en résidence au SymbioticA Centre for Excellence in Biological Arts (Perth, Australie). Khang a enseigné à l'Emily Carr University of Art & Design (2005-2016) et au Goddard College (2009-2010). Khang est né à Séoul, a grandi à Toronto et réside actuellement à Vancouver, où il partage son temps entre la pratique artistique, la dentisterie et la finalisation de son doctorat en droit à la faculté de droit de l'Université de Colombie-Britannique (2021).

Site Internet

Laura Paolini

Laura Paolini (she/her) est une artiste originaire de Tkaronto / Toronto, qui vit actuellement à Ottawa. Son travail est principalement conceptuel et se manifeste par des installations, des vidéos et des performances, se déployant souvent là où ces formes se rencontrent, fusionnent et s'effondrent. Le travail de Paolini vise à créer des espaces hybrides, qui pointent vers des matrices sociales plus larges, relationnelles et informées par l'histoire politique et sociale récente.

Elle s'est produite lors d'événements et de festivals artistiques et a exposé dans diverses galeries canadiennes, notamment Hamilton Artists Inc, le centre culturel Xpace et Art Mûr lors de la 17e édition de Fresh Paint/New Construction 2021.

Paolini a obtenu une maîtrise en beaux-arts du département des arts visuels de l'Université d'Ottawa. Elle a reçu la bourse d'études supérieures Henry Mandelbaum 2021 pour l'excellence en sciences sociales, en sciences humaines ou en arts, de la Ontario Confederation of University Faculty Associations (OCUFA). Ses écrits et ses réflexions critiques sur l'art et la création artistique ont été publiés dans Fuse, Musicworks, Les Fleurs du Mal et ART International. Ses œuvres vidéo sont disponibles chez Vtape à Toronto.

Site Internet

Theo Pelmus

Theo Pelmus est un artiste multi-disciplinaire travaillant en art visuel, en performance, en photographie et en vidéo. Il a présenté son travail à l’échelle nationale (Toronto, Ottawa, Montréal) et internationale (Danemark, Nouvelle-Zélande, États-Unis, Roumanie, Colombie). Theo a performé avec sa collaboratrice et partenaire Kris Snowbird, sous le pseudonyme de leur collectif PelmuSnowbird à chacun des événement des Nuit Blanche de Winnipeg de 2015, 2016 et 2017, ainsi que la LIVE Biennale of Performance Art (Vancouver, CB) de 2017.

Pascale Théorêt-Groulx

La pratique de Pascale Théorêt-Groulx en vidéo, performance et installation s’intéresse aux relations que les individus entretiennent avec les différents pans de leur existence: physique, psychique et sociaux. Elle examine l’incertitude et l’imprévisibilité du monde qui nous entoure et le besoin incontrôlable qu’ont les êtres humains de le dompter. Théorêt-Groulx est originaire de Gatineau où elle a obtenu un baccalauréat Ès Art avec majeure en arts visuels et mineure en bande dessinée de l’Université du Québec en Outaouais. En 2014, elle a obtenu une maîtrise en arts médiatiques de Emily Carr University of Art + Design à Vancouver pour laquelle elle a reçu une bourse d’études supérieures Joseph-Armand-Bombardier du Conseil de recherche en sciences humaines du Canada. Théorêt-Groulx a été artiste en résidence au Banff Centre en Alberta, au Centre de production DAÏMÔN à Gatineau, à Pigment Sauvage à Baltimore et au Vermont Studio Center. De 2015 à 2019 elle a été artiste résidente aux ateliers montréalais de la Fonderie Darling. Son travail a été présenté dans plusieurs expositions individuelles et collectives notamment à la Fonderie Darling, au Centre Clark, à DARE-DARE et à la Galerie B-312 à Montréal, à Verticale à Laval, au Club SAW à Ottawa puis au ICA à Baltimore, dans l’état du Maryland. Elle vit et travaille à Montréal.

Site Internet

Partenaires