axeneo7_perf_banniere-web-04

Afternoon Tea

Fait Maison

Commissariat

La performance Afternoon Tea de Fait Maison est présentée dans les espaces de La Filature.

Vous êtes invitées à Afternoon Tea !

Cet événement d’art performance revisite la tradition accueillante et conviviale de l’afternoon tea pour mettre en lumière certaines influences qui ont construit ce rituel du quotidien. Derrière son apparente légèreté faite de sandwichs aux concombres et de petits fours, l’afternoon tea permet une critique de la lutte des classes et du colonialisme. Cette rencontre d’après-midi rassemble artistes, performeurs et participants pour révéler des machinations derrière l’afternoon tea.

Fait Maison

Initié par Thomas Grondin dans sa maison de Gatineau en août 2005, Fait Maison était une fête, un laboratoire, un lieu de performance. D'abord, quelques fois par année, un public était invité à une soirée festive durant laquelle la maison devenait le lieu de performances qui investissaient la maison de la cour à la cuisine, de la cave aux chambres en passant par la salle de bain. Au fil du temps, Fait Maison a accueilli des artistes émergents et établis, régionaux, nationaux et internationaux, tout en multipliant les collaborations et les lieux d'accueils alternatifs, que ce soit des maisons privées ou des lieux professionnels, incluant une exposition à la galerie 101 en 2009, ou plus récemment une soirée à l'Imagier à Aylmer en 2017.



Thomas Grondin

Depuis 1998, Thomas Grondin a été commissaire pour plusieurs projets réalisés avec le centre d’artistes AXENÉO7 (Gatineau), dont Kapow : une convention de superhéros (2010), L’échelle de la langue (2002), Expérience trouble (2001), Le millénaire est mort, il faut le manger (2000), et Adopter un artiste (1998).

Il a participé à titre d’artiste à de nombreuses expositions individuelles et collectives, programmations vidéos, évènements et performances notamment au Québec à la galerie de l’UQO (Gatineau), à la galerie Art-Image de la Maison de la culture de Gatineau, au centre Dare-Dare (Montréal), chez Action-Art-Actuel (Saint-Jean-sur-Richelieu), au 3e impérial, centre d’essai en art actuel (Granby), chez AXENÉO7 (Gatineau), au Centre des arts actuels Skol (Montréal), au Musée contemporain des Laurentides (Saint-Jérôme), au Centre de production DAÏMÔN (Gatineau), ainsi qu’à Ottawa en Ontario, à la Galerie 101, à la Galerie Saw et à l’Université d’Ottawa.

Impliqué dans la communauté des arts visuels, Thomas Grondin a fondé et dirigé Fait Maison, projet dédié à la performance, en plus de siéger au conseil d’administration et comité de programmation de plusieurs organismes culturels dont AXENÉO7, 3e impérial, centre d’essai en art actuel, le Regroupement des centres d’artistes autogérés du Québec (RCAAQ), La Filature et la Galerie 101.

Il enseigne l’histoire de l’art au Cégep de l’Outaouais et à l’Université du Québec en Outaouais (UQO). Il détient un baccalauréat en arts visuels de l’UQO et une maîtrise en histoire de l’art de l’Université du Québec à Montréal (UQÀM). Thomas Grondin vit et travaille entre Gatineau et Montréal.

Site Internet

Anna Khimasia

Anna Khimasia est une commissaire indépendante actuellement basée à New York. Elle a obtenu son doctorat à l'Institute for Comparative Studies in Literature, Art and Culture de Carleton University, où elle a été enseignante contractuelle au département d'histoire de l'art jusqu'en 2018.

Travaillant souvent en collaboration, les projets d'Anna se concentrent sur les corps et les voix sous-représentés, interrogeant les politiques de l'espace, de la race et du genre. Parmi ses récents projets de commissariat, citons : Live in Palestine, qu'elle a co-construit avec Rehab Nazzal et Stefan St-Laurent et qui a été présenté à AXENÉO7, A Space Gallery et Montréal, arts interculturels (MAI) ; Sex Life, en tant que commissaire adjointe avec Jason St-Laurent, ainsi que la co-création et l'édition la revue HB qui l'accompagne ; et Open Space Labs (OSL), une initiative de résidence basée sur la recherche et la performance avec la galerie d'art de CarletonUniversity. OSL01 : Gita Hashemi a reçu le prix de l'exposition de l'année de l'Ontario Association of Art Galleries — monographie de moins de 20K. Pendant la pandémie, elle a animé des panels pour l'Association of Art Museum Curators (AAMC), Fait Maison et Pleasure Dome à Toronto.

Depuis l'obtention de son doctorat, elle a participé à des résidences au MAI, au Banff Centre for Arts and Creativity, au MCA Chicago et à la Robert Rauschenberg Residency, où elle a travaillé sur un nouveau projet de performance avec l'artiste de Chicago Barak adé Soleil. L'été dernier, elle a eu le privilège de participer à l'atelier de théorie critique dirigé par Gabriel Rockhill.

Anna a publié dans Canadian Art, BlackFlash, C Magazine, ETC Media, Image[&]Narrative et a écrit de nombreux essais et textes d'exposition. Elle travaille actuellement sur un projet d'écriture d'un livre sur l'intrusion dans la performance et la politique d'appartenance.

Dayna Danger

Dayna Danger est une artiste visuelle qui revendique l’espace grâce à son son travail à échelle humaine, pour mettre au défi les perceptions de pouvoir, de représentation et de sexualité.

Dayna Danger est une artiste visuelle bispirituelle/queer, métisse/saulteaux/polonaise qui a grandi dans la ville dite de
Winnipeg, MB. En utilisant la photographie, la sculpture, la performance et la vidéo, la pratique de Dayna Danger questionne la fine ligne entre émancipation et objectification en revendiquant l’espace avec ses œuvres plus grandes que nature.

L’utilisation actuelle par Danger du BDSM et de masques perlés fétichistes en cuir explore les dynamiques complexes de sexualité, de genre, et de pouvoir d’une manière consensuelle et féministe. Danger est actuellement basée à Tio'tia:ke.

Danger est titulaire d’une maîtrise en photographie de Concordia University. Danger a exposé ses œuvres à Santa Fe, Winnipeg, Ottawa, Montréal, Peterborough, North Bay, Vancouver, Edmonton et Banff. Danger est actuellement membre du conseil d’administration du Collectif des commissaires autochtones (ACC/CCA).

Site web

Don Kwan

Canadien d'origine chinoise de troisième génération, Don Kwan se tourne vers ses propres expériences et défis en tant qu'artiste homosexuel d'Asie de l'Est, afin de s'ancrer dans des conversations plus larges sur l'identité, les représentations et la fabrication de souvenirs intergénérationnels dans la diaspora.

Michelle Lacombe

Depuis l'obtention de son baccalauréat en beaux-arts de l'Université Concordia en 2006, Michelle Lacombe (Montréal, QC) a développé une pratique ancrée dans la performance, le marquage et l'art corporel conceptuel. Ses actions, souvent de courte durée, utilisent des gestes simples, des matériaux minimaux et des stratégies de léger inconfort pour explorer la qualité évocatrice du non-spectaculaire, ainsi que pour compliquer la lecture du corps féminin blanc cisgenre (son corps) et des histoires visuelles et des constructions culturelles qui l'entourent. Récipiendaire de la Bourse Plein Sud de 2015, son travail a été présenté dans le cadre de nombreux événements D.I.Y., ainsi que dans des événements de performance, des expositions et des colloques présentés au Canada et à l'étranger. Sa pratique artistique s'accompagne d'un engagement à soutenir des formes difficiles et indisciplinées de création artistique. Elle est actuellement directrice de VIVA ! Art Action, une biennale internationale d'art performance.

Kama La Mackerel

Kama La Mackerel est un·e artiste pluridisciplinaire, éducateur·ice, auteur·ice, médiateur·ice culturelle et traducteur·ice littéraire mauricienne qui vit au Canada. Iel travaille entre et à travers la performance, la photographie, les installations, le textile, l’art numérique et la littérature. Sa pratique est ancrée dans les notions de justice, de bienveillance, d’amour, de décolonialité, d’hybridité, de cosmopolitisme, de guérison ancestrale, et d’empowerment individuel et collectif. Iel a foi que les pratiques esthétiques ont le pouvoir d’agencer la résilience et d’agir comme résistance au statu quo, promulguant ainsi une praxis anti-coloniale à travers la production culturelle.

Son recueil de poésie ZOM-FAM (Metonymy Press) fut nommé CBC Best Poetry Book, Globe and Mail Best Debut, et était finaliste pour le QWF Concordia University First Book Award et le Writers’ Trust of Canada Dayne Ogilvie Prize. La revue World Literature Today a décrit ZOM-FAM comme « un jalon historique dans la littérature mauricienne ».

Kama a exposé, performé et enseigné à l’international et ses écrits en anglais, français et kreol morisien ont été publiés en papier et en ligne. En 2021, Kama s'est fait.e décerner le prix Joseph S- Stauffer du Conseil des Arts du Canada pour artistes émergent·es et à la mi-carrière en Arts Visuels.

En 2021, Kama présente sa nouvelle exposition multimédia Queering the Is/land Body à la Galerie de l’UQAM dans le cadre de MOMENTA, Biennale de l’image.

Site web

Stefan St-Laurent

Artiste multidisciplinaire et commissaire indépendant, Stefan St-Laurent est né à Moncton au Nouveau-Brunswick en 1974 et vit et travaille à Gatineau, Québec. Il est détenteur d’un baccalauréat en arts médiatiques de l’Université Ryerson de Toronto. Son travail performatif et vidéographique a été présenté dans de nombreuses galeries et institutions muséales au Canada (YYZ à Toronto ; La Galerie d’art d’Ottawa ; Ottawa Art gallery ; Western Front à Vancouver ; Art Gallery of Nova Scotia à Halifax ; Théâtre français du Centre National des Arts à Ottawa) et en Europe (Centre national de la photographie de Paris ; Centre d’art contemporain de Basse-Normandie ; Edsvik Konst och Kultur en Suède). Il a été commissaire, directeur artistique et directeur de la programmation pour plusieurs organismes artistiques et festivals dont Images Festival of Independent Film and Video (Toronto), le Lux Centre (Londres), la Cinémathèque québécoise (Montréal), le Festival international du cinéma francophone en Acadie (Moncton), Canada House (Londres), Pleasure Dome (Toronto) et Vtape (Toronto). En 2008, il a été le commissaire invité de la Biennale d’art performatif de Rouyn-Noranda, et en 2010 et 2011, il a été commissaire du Symposium international d’art contemporain de Baie-Saint-Paul au Québec. Il a agi à titre de commissaire de la Galerie SAW Gallery à Ottawa de 2002 à 2012, et était directeur d'AXENÉO7 à Gatineau de 2014 à 2019. Il est professeur auxiliaire au Département des arts visuels de l’Université d’Ottawa depuis 2011.

Partenaires